Menu

Briser le corps pétrifié, oser le feu de l'esprit

Briser le corps pétrifié, oser le feu de l'esprit 

La saison dernière du T.E.C a porté sur la recherche des émotions viscérales dans l’espoir d’un nouveau souffle. Nos spectacles Les Inassouviset Matkaont trouvé leur public en abordant les thèmes de la folie, de la solitude et de l’identité dans nos sociétés aliénantes. Cette année, j’ai également inauguré le cycle de lectures chorégraphiées Les Âmes perdues,avecune adaptation des Déconnardsde Koffi Kwahulé.

Notre Théâtre a accueilli d’autres praticiens et défenseurs d’un art alerte, Guy Delahaye, artiste photographe du spectacle vivant, Woytek Konarzewski pour son exposition « Rêves inassouvis ». Le Théâtre a participé au festival La Culture au quai, au festival 12x12, au Printemps des poètes. Cette saison a été riche en expériences, nous avons emmené nos hôtes dans le tourbillon artistique de notre espace théâtral atypique, empli de poésie et de musique. Chaque spectacle fut une tentative de faire jaillir de nouvelles couleurs dans des tableaux vivants. Notre désir était de transformer les inquiétudes quotidiennes par une magie de scènes cathartiques.Mais la déréliction exprimée avec force par le corps des interprètes, avec la pulsation des torses et des hanches, n’a jamais le dernier mot ; je suis dans la recherche d’une forme pour ces pulsations, qui sont aussi celles des cœurs vibrants prêts à reprendre souffle. 

Lors de la troisième édition du Laboratoire de Radicalité Artistique, consacrée à Witold Gombrowicz, l’« enfant terrible » de la littérature polonaise, le Théâtre a accueilli penseurs, philosophes et personnalités du monde de l’art radical pour en débattre. Nous avons abordé la question de la forme dans l’œuvre de ce dramaturge, la dénonciation de l’illusion, de l’hypocrisie. Nous avons réaffirmé avec cet auteur, et grâce à ce débat, la nécessité, et l’urgence, de faire éclater ces formes pour aller vers l’humain et vers l’esprit. Je propose à l’automne 2019 la première édition du « Festival des Formes Radicales », cette année consacré à Witold Gombrowicz pour célébrer le cinquantenaire de sa disparition. J’invite Adam Sroka, metteur en scène et ancien directeur du festival Gombrowicz de Radom en Pologne, avec son spectacle d’après leJournaldu grand écrivain. D’autres invités d’horizons culturels et artistiques variés, des philosophes, des universitaires, présenteront et animeront débats et conférences. Projections et films documentaires enrichiront ces rencontres. 

J’inaugure ce festival avec ma nouvelle création, Yvona, librement inspirée de l’œuvre de Gombrowicz Yvonne,princesse de Bourgogne. Yvonne incarne notre folie cachée, celle qui veut nous délivrer du « cercle » du Cosmos et du « cercle » des relations et des schématismes sociaux. Elle oscille entre l’état de veille et le rêve, entre l’être et le néant, entre l’amour et la haine. Elle fait subir à l’univers des relations interhumaines préexistant une rude épreuve. Elle incarne une vie authentique, des sensations profondes, ce qui dénote une révolution en germe contre notre civilisation à bout de souffle. Qu’est-ce qu’être « un Singulier », comme l’écrivait Søren Kierkegaard ? À l’heure du risque majeur de dissolution de la singularité dans les rets d’une toile sans limites, dénoncer la « moutonisation » et apporter toujours un nouveau souffle sont mes priorités : déclencher une révolution du quotidien par la pensée et à travers cette nouvelle création, briser la structure pétrifiée des réflexes humains, s’opposer à la perversité et à l’hypocrisie du monde, pour aller vers la lumière intérieure.

 

Elizabeth Czerczuk

Inscrivez-vous à notre Newsletter !
Recevez chaque mois l'actualité et la programmation du T.E.C .

*En cliquant sur ce lien, vous choisissez explicitement de recevoir la newsletter du Théâtre Elizabeth Czerczuk. Vous pourrez vous désabonner à tout moment.
Suivez-nous !

 

RESERVEZ EN LIGNE ICI

Théâtre Elizabeth Czerczuk
20 rue Marsoulan
75012 Paris
01 84 83 08 80/ 06 12 16 48 39
contact@theatreelizabethczerczuk.fr