Menu

Lettre d'information de novembre

 
 
 

LETTRE D'INFORMATION

NOVEMBRE 2018

 
 
Obraz
 

© Woytek Konarzewski

LES INASSOUVIS

 

Chères amies, chers amis,

La révolution du quotidien est en bonne marche ! En effet, nombre d’entre vous sont déjà venus assister à une représentation des  Inassouvis . Certains ont souhaité nous laisser leur témoignage. Nous avons également reçu la présence de journalistes spécialisés dans le théâtre qui ont délivrés leurs critiques que vous pouvez lire ci-dessous.  Nous sommes profondément touchés par ces attentions et souhaitons ici vous exprimer notre reconnaissance en partageant quelques-unes de vos impressions avec tous nos lecteurs ! 

"Cette poignante trilogie, de la metteuse en scène Elizabeth Czerczuk, vous percute les méninges avec une rare ferveur et une poésie à couper le souffle. On se laisse tout simplement embarquer dans ce rêve éveillé."

"On sort secrètement envoûté par ces talents et secoué par cette énergie insensée que vous nous avez insufflée."


"C'est un rêve magnifique fait de plusieurs strates. De la légèreté du cabaret à la profondeur de la réflexion philosophique, ce spectacle de danse, de théâtre, de musique est un voyage initiatique, opératique qui nous transporte des abimes de l'existence vers une lumière de joie et d'optimisme."  

" Presque gênant de ne pas brider son enthousiasme et même sa reconnaissance après ce symbolique périple auquel nous sommes élégamment conviés dans ces espaces flamboyants et prometteurs."

 
video
 

LA PRESSE EN PARLE

La critique de Jean-Pierre Thibaudat sur Balagan - Blog-Médiapart 

"Il est vrai que le théâtre gestuel du T.E.C., dans sa clôture et son confinement, ne ressemble à aucun autre."

Image
 

La critique d'Agnès Santi pour le journal La Terrasse  

"L’esthétique singulière d’Elizabeth Czerczuk déploie un art total d’une grande beauté plastique, qui vise à toucher l’âme, à éveiller les consciences endormies." 

Image
 
 
 

Guy Delahaye, L'objectif des géants

De la rencontre au Festival d'Avignon entre Elizabeth Czerczuk et Guy Delahaye est née la volonté d'une collaboration artistique. En effet, Elizabeth Czerczuk conçoit ses mises en scène comme des narrations ponctuées d'arrêts sur image. Le T.E.C. invite le photographe à venir présenter sa nouvelle exposition "Les Géants".

En 40 ans de métier, Guy Delahaye a travaillé avec les plus grands noms du théâtre et de la danse tels que Pina Bausch, Tadeusz Kantor, Carolyn Carlson, Patrice Chéreau ou encore Jean-Claude Gallota.

Vernissage 

Vendredi 9 novembre à partir de 18heures

Rencontre sur "La photographie de spectacle : un art en (r)évolution". 

En présence de Guy Delahaye, Christophe Raynaud de Lage et Joseph Banderet.

Image
 
 
 
 

Les Chants d' Ágens


L’artiste hongroise Ágens, dont la voix s’élève dans la création d’Elizabeth Czerczuk Les Inassouvis , donne un concert unique au T.E.C.

Radicale, élégante, volcanique, Ágens envoûte avec son incomparable voix anguleuse.

 

Concert

Jeudi 8 décembre à 20heures

Tarifs : 15€ - réduit 12€

Image

Tchertchouk (n°2) paraîtra en novembre 

La deuxième édition du journal du théâtre va sortir !

Elizabeth Czerczuk y dévoile les tréfonds de son processus créatif d'art total et radical, et met à l'honneur les artistes qui l'entourent en ce début de saison.

Image
 

Rejoignez l'école d'art dramatique d'Elizabeth Czerczuk


Diplômée des Conservatoires de Cracovie et de Paris, Elizabeth Czerczuk dispense une pédagogie basée sur le système de Stanislavski et Meyerhold. Un travail sur le corps dans son intégralité, inspiré de Decroux permettant d'accéder à une nouvelle forme d'art révélant la vie intérieure des comédiens.

Il reste quelques places pour la formation professionnelle et la classe de maître, inscrivez-vous vite ! 

01 84 83 08 80 ou contact@theatreelizabethczerczuk.fr

 

T.E.C. 20, rue Marsoulan, 75012 Paris   
Métro Nation ou Picpus 
www.TheatreElizabethCzerczuk.fr

 

elizabeth czerczuk, 20, rue Marsoulan, paris, paris, 75012, France

Lettre d'information d'octobre

 

Les inassouvis, la nouvelle création d'elizabeth czerczuk

BRISEZ LE MASQUE OSEZ LE CHOC

" Il fallait bien que cela arrive un jour, moi non plus je ne sais plus qui je suis, personne ne le sait. Nous ne savons même pas ce que signifie être. " S. I. Witkiewicz


À travers l’itinéraire d’êtres déchirés par leur propre destin, Elizabeth Czerczuk pose un regard sans concessions sur la superficialité du monde et l’aliénation de l’humain. 
Une épopée en trois actes, surréaliste, tourbillonnante, rythmée par une musique originale, inspirée de l'avant-gardisme polonais des années 1960-1970. 

Regardez la bande-annonce

Du 11 octobre au 15 décembre 2018 
Jeudi et samedi à 20 heures 
Dimanches 18 novembre et 9 décembre à 16 heures. 
Relâches le 1er et le 3 novembre, et le 8 décembre

Tarifs : 
Sur notre billetterie en ligne : de 25 à 45 euros
Sur place :  45 à 65 euros 
Tarif groupe sur réservation au  01 84 83 08 82 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Réservez en ligne dès maintenant !


Présentation de la nouvelle saison 

Dimanche 7 octobre, Elizabeth Czerczuk et les artistes de sa compagnie vous invitent au T.E.C pour vous faire découvrir leur théâtre et leurs projets. 

Vous aurez la possibilité de visiter ce lieu artistique et convivial, d'assister à un extrait de la dernière création d'Elizabeth Czerczuk, Les Inassouvis, et de prendre un verre de l'amitié à notre bar et dans le jardin. 

Dimanche 7 octobre à partir de 16 heures

T.E.C Présentation saison

Venir au Théâtre : 
Théâtre Elizabeth Czerczuk,  20, rue Marsoulan, 75012 Paris 
Métro : Picpus / Nation / Porte de Vincennes 


Le souffle de Cracovie

Retour aux sources pour Elizabeth Czerczuk et les artistes de sa compagnie 

C'est à Cracovie qu'Elizabeth Czerczuk a été formée à l'art dramatique et qu'elle a découvert son maître spirituel : Tadeusz Kantor. 

Retour en images sur cette traversée virevoltante, à la découverte de l'art total. 

La vidéo

Guy Delahaye, l'objectif des Géants

Depuis presque cinquante ans, ce grand photographe sublime le théâtre et la danse à travers son objectif. Le T.E.C propose son exposition "Les Géants". 

Vernissage le vendredi 9 novembre 2018, à partir de 18 heures, suivi d'une rencontre à 19 h 30 sur "La photographie de spectacles : un art en (r)évolution". 

En présence de Guy Delahaye, Christophe Raynaud de Page, Laurent Janvier et Joseph Banderet. 

 

La rentrée du Laboratoire d'expression théâtrale 

Rejoignez l'école d'art dramatique d'Elizabeth Czerczuk 

Diplômée des Conservatoires de Cracovie et de Paris, Elizabeth Czerczuk met en œuvre une pédagogie basée sur le système de Stanislavski et Meyerhold. Un travail sur le corps dans son intégralité, inspiré de Decroux permettant d'accéder à une nouvelle forme d'art révélant la vie intérieure des comédiens. 

Il reste quelques places pour la formation professionnelle et la classe de maître, inscrivez-vous vite !

01 84 83 08 80 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


   
 

Lettre d'information de septembre

LES INASSOUVIS, UNE NOUVELLE CRÉATION D’ELIZABETH CZERCZUK

La trilogie Les Inassouvis est un spectacle chorégraphié réunissant une vingtaine de comédiens et danseurs sur scène.

 

Dans ce manifeste influencé par les grands maîtres polonais – Kantor, Grotowski ou encore Witkiewicz –, la mise en scène confond la vie et la mort, la haine et l’amour, au sein d’une famille d’individus déchirés par leur destin.

Ces tableaux mis bout à bout forment un puzzle émotionnel complexe et relèvent d'une dramaturgie à la fois lumineuse et terrifiante, où l’aliénation de masse et l’émancipation de l’individu s’entremêlent sur fond de folie.

Elizabeth Czerczuk explore ainsi les tréfonds de l’âme humaine, révélant l’impalpable en touchant le spectateur dans son vécu et son inconscient.

Du 11 octobre au 15 décembre 2018

Tarifs : de 25 à 45 euros sur notre billetterie en ligne, ou de 45 à 65 euros sur place. Tarif groupe (à partir de 10 personnes) : 35 euros sur réservation au  01 84 83 08 82 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Durée : 3 heures

Avec deux entractes et une consommation offerte au bar du théâtre.

Réservez en ligne dès maintenant

 


 

 Découvrez l’éditorial 2018-2019 !

Vision artistique, projets et créations, nouveaux partenariats... Elizabeth Czerczuk se confie sur cette nouvelle année dont le maître-mot sera l'échange. 
 
Si l’année précédente fut celle de l’apparition et du développement d’un nouveau théâtre dans le paysage parisien, les chantiers entrepris avant la trêve estivale porteront leurs fruits avec diverses collaborations comme la participation aux festivals 12x12, Culture au Quai, et des rencontres tout au long de l’année.
 
Bonne lecture !

Lire éditorial Elizabeth Czerczuk

 


  

Joyeux anniversaire !

Wszystkiego najlepszego !

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk soufflera sa première bougie le 7 octobre ! Une présentation de la nouvelle saison, ouverte au public, aura lieu à cette occasion, comprenant un compte-rendu de l’année passée, des échanges autour de la nouvelle programmation et des perspectives à venir.
 
Vous seront présentés dans le même temps des extraits des Inassouvis dont le commencement est prévu pour quatre jours plus tard, le 11 octobre.
 
Un verre de l’amitié sera partagé ensuite avec toute l’équipe du théâtre pour inaugurer en art et en paroles cette deuxième année !

Le 7 octobre 2018 à 16 heures

Inscription en ligne

 


  

Festival Culture au Quai

Nous vous donnons rendez-vous pour la onzième édition du festival Culture au Quai qui se tiendra les 22 et 23 septembre quai de la Loire, au bassin de la Villette dans le 19e arrondissement de Paris.
 
Un moment d’échange où les artistes de la compagnie seront présents tout au long de la journée, afin de faire découvrir leur travail aux visiteurs et professionnels lors de performances artistiques, et de répondre à leurs questions.
 
Une déambulation, inspirée du spectacle Dementia Praecox 2.0, aura lieu samedi 22 septembre à 14 heures, et un extrait du même spectacle se déroulera sur un espace scénique prévu à cet effet, dimanche 23 septembre à 12 h 30.
 
Nous avons hâte de vous y croiser.

 


  

Le Laboratoire d’Expression Théâtrale fait sa rentrée

École d’art dramatique fondée par Elizabeth Czerczuk, le Laboratoire d’Expression Théâtrale (LET) propose une formation professionnelle destinée aux comédiens expérimentés ou passionnés désireux de s’initier à une technique solide en art dramatique.  
 
La pédagogie est animée par les conceptions théâtrales de maîtres tels que Kantor et Grotowski. 
 
Diplômée des Conservatoires de Cracovie et de Paris, Elizabeth Czerczuk propose des cours axés sur l’expression corporelle et vocale, la construction du personnage, la conscience du corps dans l’espace, la recherche d’émotions réelles et le placement de la voix.
 
À l’issue de cette formation, les élèves auront l’occasion de présenter leur travail en public dans les conditions professionnelles qu’offre la salle du théâtre. Les plus passionnés pourront participer aux prochaines créations de la metteure en scène.

Nouvelles auditions les 24 et 25 septembre prochains.

Plus d'informations

 


 

Voyage en Pologne

L’équipe du théâtre aura la joie de marcher sur les traces de Tadeusz Kantor à Cracovie, du 7 au 11 septembre prochains.
 
Un reportage sur cette aventure vous fera revivre ces moments dans la lettre d'information du mois d’octobre.

 

Nous vous attendons avec impatience pour cette nouvelle année !

L'édito d'Elizabeth Czerczuk

Après deux spectacles très visuels, faits d’une succession de tableaux animés, mon triptyque inaugural s’achevait sur une entrée en scène de la parole. Dans Matka en effet, très librement inspiré de la pièce éponyme de mon auteur favori Stanislaw Ignacy Witkiewicz (1885-1939), Léon et sa mère se lançaient dans des monologues enfiévrés. Ils se laissaient emporter par les mots comme par un fleuve. Impuissants. Incapables de leur imposer un sens. Fruit d’une année de travail intense, ma première création de cette nouvelle saison, Les Inassouvis, va plus loin encore dans l’exploration du langage verbal. Le désir, la colère, la peur et toutes les émotions intenses que je convoque sur scène dans un but cathartique y sont exprimés par des personnages de plus en plus construits. Avec un vocabulaire qui s’enrichit de création en création.

Si la parole que je développe peut isoler ceux qui la portent, elle est aussi un outil de compréhension du monde. Une manière d’aller vers l’Autre, quelle que soit sa culture. Mes rapports avec ceux que je considère comme mes maîtres – parmi lesquels, Jerzy Grotowski, Tadeusz Kantor et Henryk Tomaszewski – étant maintenant posés, je souhaite faire dialoguer mes racines slaves avec le monde, tout en continuant d’en perfectionner les ramifications. En interrogeant leur pertinence à l’heure de la provocation généralisée et de la globalisation. Au T.E.C, 2018-2019 sera la saison de l’ouverture. Celle de l’échange. Valeur qui a présidé l’an dernier au rassemblement et à la formation d’un solide noyau d’artistes de tous horizons et de disciplines diverses, avec qui j’aurai plaisir cette année de poursuivre ma quête d’un théâtre total. D’un art qui part des tripes, et qui donne des ailes. 

Je ne crois qu’en un théâtre de l’intranquillité. Pour la préserver, je souhaite me confronter à des écritures nouvelles : celles du Russe Oleg Bogaïev et de l’Ivoirien Koffi Kwahulé, dont j’organise l’entrelacement dans le spectacle Les Âmes Perdues. La solitude et la folie, deux de mes thèmes de prédilection, ont beau ne pas avoir de frontières, elles prennent partout où elles s’installent des formes singulières qui gagnent à mon avis à être réunies. Cette pièce est aussi l’occasion de creuser la question de l’exil, déjà effleurée dans mon triptyque. Notamment dans sa seconde partie, Dementia Praecox 2.0, qui se déroule dans un hôpital psychiatrique aux allures de Tour de Babel. Les grandes tragédies d’aujourd’hui sont aussi celles d’hier. Celles de toujours. 

L’auteur polonais Witold Gombrowicz, icône de la littérature polonaise, a par exemple vécu en exil en Argentine de 1939 à 1963. Au mois de mars, nous lui consacrons un festival qui a vocation à devenir un rendez-vous annuel. Pour accompagner mon Yvonne, princesse de Bourgogne, d’autres versions de la même pièce sont invitées. Cela afin d’offrir différentes lectures de ce texte qui fait pour moi depuis des années office de fil rouge. De nourriture à mon traitement du féminin qui, grâce aux sept superbes danseuses qui font désormais partie de ma compagnie, a pris beaucoup d’ampleur depuis l’ouverture du théâtre. Les mots de cette saison seront donc pour beaucoup des mots de femmes. 

Je suis heureuse aussi de participer au festival 12X12 porté par la mairie du 12earrondissement ainsi qu’à Culture au Quai, et d’inviter des artistes qui partagent mon goût de la radicalité : Roberta Carreri de la compagnie d'Eugenio Barba, l’Odin Teatret, le photographe Guy Delahaye ou encore la chanteuse hongroise Ágens, dont la voix résonne dans Requiem pour les artistes. Autour d’eux et de mes créations, de nombreux débats et rencontres seront proposés dans le cadre de notre Laboratoire de Radicalité Artistique.

 

Parce que maintenant plus que jamais, nous avons besoin d’espaces de pensée. De lieux où partager nos remèdes contre l’enfermement et l’intolérance.

Elizabeth Czerczuk

 

Elizabeth Czerczuk « En revisitant le passé, j’interroge le présent »

Dans Les Inassouvis, Elizabeth Czerczuk fait l’état des lieux de ses recherches menées depuis un an au T.E.C. Elle entame aussi un nouveau cycle de création avec sa compagnie et des artistes invités. Un dialogue entre ses racines slaves et des horizons lointains.

Dementia Praecox 2.0 et Matka, que vous avez créés la saison dernière, sont des adaptations très libres de deux pièces de Stanislaw Ignacy Witkiewicz alias Witkacy dont vous vous êtes emparée plusieurs fois au cours de votre carrière. Et Les Inassouvis est un retour sur votre triptyque inaugural. Quelle valeur a pour vous la reprise ?

Elizabeth Czerczuk : Je ne crois pas dans le culte de la nouveauté qui contraint les artistes à créer beaucoup, et surtout à se renouveler. À surprendre sans cesse le spectateur en inventant pour chaque création un nouvel univers. J’aime au contraire me concentrer sur quelques motifs. Sur la folie et la solitude, par exemple. En revisitant le passé, j’interroge le présent. Mon processus de création a ainsi beaucoup en commun avec celui de Witkacy, qui n’est pas pour rien mon auteur favori. Comme lui, dont j’adapte régulièrement les œuvres, j’imagine dans toutes mes pièces des créatures tragiques et grotesques qui se ressemblent. Et autour d’elles, je crée des tableaux à chaque fois différents, en phase avec le monde actuel, avec ma vie et celle des artistes de ma compagnie.

Vous revendiquez l’héritage de Jerzy Grotowski et de Tadeusz Kantor. Comment leurs pratiques très différentes du théâtre nourrissent-elles votre théâtre ?

E.C. : Ayant eu la chance de travailler avec Jerzy Grotowski à Wroclaw dès mes années de lycée, puis avec des collaborateurs de Tadeusz Kantor tels que Zofia Kalinska, qui nous a hélas quittés récemment, j’ai été très imprégnée par leurs méthodes respectives. Lorsque j’ai monté ma propre compagnie en 1992, j’ai naturellement développé ma pratique à partir de ce double héritage que je n’ai jamais vécu comme étant contradictoire. Car je ne cherche à refaire ni du Grotowski ni du Kantor, mais à inventer un théâtre physique et spirituel, qui doit aussi beaucoup à Marcel Marceau et à d’autres artistes dont j’ai eu le bonheur de croiser la trajectoire.

Dans Les Inassouvis, le rapport du corps à l’objet est donc apaisé ?

E.C. : En m’inspirant, entre autres, des méthodes de Jerzy Grotowski pour ce qui concerne le travail sur le corps, et de celles de Kantor pour ce qui touche à l’objet et au langage scénographique, je tends vers une forme de théâtre total où chaque chose a sa place. Son rôle dans l’expression de la folie que j’aime à reformuler dans chaque création. Et qui, dans Les Inassouvis, est structurée autour du personnage éponyme de Matka ou La Mère, que j’incarne moi-même.

Outre ce personnage, la femme a pris dans votre travail une place centrale.

E.C. : Au fil de mes trois premiers spectacles créés au T.E.C., s’est en effet constitué un groupe de sept danseuses qui m’ont beaucoup apporté, et avec qui j’ai très envie de continuer à travailler. Dans Les Inassouvis, elles partagent les paradoxes de la mère. Ses frustrations et sa puissance, ainsi que sa quête d’amour qu’elle cache derrière une violence presque guerrière. Très proches des femmes witkaciennes, tantôt fatales, tantôt enfantines, elles font aussi penser aux héroïnes de Marguerite Duras, qui a à mon avis beaucoup contribué à faire évoluer le regard sur la folie en montrant la part positive. Créatrice. Solitaires, mantes religieuses, les femmes de mes pièces ont à voir avec l’origine de la folie. Comme celles de Witkacy et de Duras, elles interrogent la possibilité de l’amour dans nos sociétés capitalistes.

En convoquant ces femmes et toutes les créatures de votre triptyque, vous annoncez aussi la fin d’une phase de création. De quoi sera faite la nouvelle ?

E.C. : De découvertes et de redécouvertes. Ma rencontre avec le comédien Sidiki Bakaba est à l’origine d’un projet sur l’exil, où l’écriture de Koffi Kwahulé, auteur de théâtre d’origine ivoirienne, côtoiera celle du Russe Oleg Bogaïev. J’y poursuivrai mon travail sur la solitude, avant de me consacrer à l’adaptation d’une pièce qui m’est chère et à laquelle je reviens régulièrement : Yvonne, princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz, dont j’accueillerai aussi d’autres mises en scène. Cela afin d’offrir au spectateur un maximum de pistes d’interprétation. Autant d’indices que possible pour continuer de chercher la lumière, malgré un présent qui laisse peu d’espoir.

Propos recueillis par Anaïs Heluin, Août 2018

 

photoweb3  photo1bisweb  photoweb2   

 

Fêtez l'été au T.E.C

Vous recherchez un théâtre vif et fort en émotions ?

Requiem pour les artistes n’est pas une pièce traditionnelle. Ce n’est pas non plus un public en rang face à un espace scénique délimité, mais une expérience entière, brute, un cortège dansant de morts-vivants survitaminés.

Vous êtes avertis, mais pas encore divertis ?
Venez les 28, 29 et 30 juin prochains pour la dernière de Requiem pour les artistes, une œuvre originale d’Elizabeth Czerczuk. À cette occasion, un verre vous sera offert au bar et le jardin restera ouvert jusque tard dans la nuit. Vous pourrez échanger avec les artistes sur votre ressenti après ce spectacle viscéral et vociférant.

Retrouvez-nous dès le 20 septembre pour la saison 2018-2019.

Cliquez ici pour réserver !

Elizabeth Czerczuk, son édito 2018.

Des tripes et des ailes
Il y a un siècle, le Polonais Stanislaw Ignacy Witkiewicz, mon auteur favori, développait dans son œuvre théâtrale et philosophique un regard visionnaire qui nourrit mon univers artistique. Mon triptyque et manifeste artistique « Les Inassouvis » notamment, ouvert en même temps que notre théâtre rénové en octobre 2017. En continuant d’explorer son écriture à travers une nouvelle mise en scène de Matka, je désire toutefois me diriger en cette année 2018 vers une lumière absente chez cet écrivain au profond pessimisme.

Parce que nous vivons dans le monde mécanisé et de plus en plus éloigné de l’esprit décrit par St. I. Witkiewicz, je ressens l’urgence de porter avec mes artistes une lueur d’espoir en des lendemains meilleurs. Offrir une pause dans le galop de la vie. Une immersion dans un théâtre radical et total qui vise au changement de l’homme, même infime. Avec l’ouverture du nouveau lieu et l’intense processus créatif dans lequel m’a plongée le triptyque, 2017 m’a donné ce souffle. Ces ailes. En consolidant mon esthétique personnelle, je prends avec mes maîtres – Tadeusz Kantor, Jerzy Grotowski et Henryk Tomaszewski – une distance qui m’ouvre de riches perspectives artistiques. Une liberté que je continuerai d’explorer dans mes prochaines créations.

En 2018, mon théâtre du XXIe siècle aux solides racines slaves continue donc de prendre son envol. Tout en gardant les pieds sur terre. Lié à une recherche métaphysique, mon travail sur le corps a récemment pris une direction humaine que je veux accentuer. En me familiarisant de spectacle en spectacle, je réduis les frontières qui séparent les artistes de nos hôtes. En faisant tout pour répondre au mieux à leurs besoins.

Parce qu’un art total se nourrit d’échanges, le théâtre poursuit aussi son ouverture à d’autres défenseurs de la radicalité artistique : chercheurs, artistes, philosophes. Après une première édition en 2017, le Laboratoire de Radicalité Artistique accueille pour cela deux événements. Le premier sur les traces laissées par Tadeusz Kantor dans le paysage théâtral actuel, autour du spectacle Petit requiem pour Kantor de Zofia Kalinska, comédienne du Théâtre Cricot 2 pendant vingt ans avant de créer sa propre compagnie ; le second autour de Jerzy Grotowski. Sans pensée, pas de théâtre des tripes. Pas de révolution du quotidien.


Notre résolution : continuer de cultiver en nous le « gringalet aux nerfs ébranlés », définition du véritable artiste selon Witkiewicz. Notre ambition : faire de la folie un art raffiné en célébrant des mariages improbables. Celui d’une nonne et d’un psychiatre par exemple, comme dans la courte pièce festive, librement inspirée de La Noce chez les petits-bourgeois de Bertold Brecht, créée pour notre soirée de réveillon, et que nous reprenons cette saison sous la forme d’un brunch du dimanche.

Plus on est de fous, plus on rit et plus on crie. Plus on a de chances de faire de cette année celle de l’apaisement.


Elizabeth Czerczuk

Inscriptions au L.E.T

 

École d'art dramatique, le Laboratoire d’Expression Théâtrale offre une formation professionnelle destinée aux comédiens expérimentés ou passionnés de théâtre désireux de s’initier à une technique solide du théâtre. Elizabeth Czerczuk, diplômée des Conservatoires de Cracovie et de Paris, transmet l’enseignement de ses maîtres spirituels (Kantor, Grotowski ou encore Artaud…) en proposant un travail sur le corps et l’émotion dans leur intégralité, avec pour piliers la recherche du rythme scénique et de la voix.

La rentrée aura lieu le 1er octobre 2018. 

Pour recevoir le formulaire d'inscription, envoyez un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.avec vos coordonnées (nom, prénom, adresse mail et numéro de téléphone). Formulaire à renvoyer duement complété, accompagné d'un CV, quelques photos ainsi que d'un chèque* de 50 €, par courrier à l'adresse suivante :

Théâtre Elizabeth Czerczuk, 

20 rue Marsoulan, 75012 Paris 

Pour l'audition, vous préparerez un parcours libre ou une scène dialoguée du répertoire classique ou contemporain. 

Pour plus d'informations, nous nous tenons à votre disposition par téléphone au 01 84 83 08 80 ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le chèque est à compléter à l'ordre du Théâtre Elizabeth Czerczuk. L'inscription ne sera définitive qu'à réception du règlement.

Dziękujemy ! Du fond de nos tripes, merci

La première année du Théâtre Elizabeth Czerczuk c’est : 73 représentations, plus de 30 artistes, 4 spectacles originaux, 2 cycles de conférences pour 1 lieu unique, dédié à l’art total et radical !

Merci aux spectateurs et professionnels qui nous ont suivis tout au long de l’année. Le théâtre ferme sa billetterie pour l’été et la rouvrira le 20 août. D’ici là, toute l’équipe du T.E.C reste disponible pour vous répondre, et souhaite un été fort en émotions à tous ceux qui prendront la route des vacances !

 


 

Elizabeth Czerczuk : rencontre sur RFI

"Je me sens tragédienne, car à travers mon vécu je me balade souvent entre la vie et la mort."

Dimanche 8 juillet, Elizabeth Czerczuk répondait aux questions de Yasmine Chouaki pour l'émission En Sol Majeur diffusée sur RFI ! Récit de son enfance en Pologne, regard sur la diversité culturelle en France et dans le monde, un échange passionnant et plein d'émotions à réécouter ici.

 


 

Nouvelle saison :
Assoiffé ? Insatisfaits ? Inassouvis ?

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk vous donne rendez-vous le 20 septembre en soirée pour vous présenter sa nouvelle saison !

Avec Matka, Dementia Praecox 2.0 et Requiem pour les artistes, vous avez peut-être vu et vécu les trois chapitres du triptyque Les Inassouvis. Si ce n’est pas le cas, ou bien si vous voulez revoir ces trois spectacles dans une mise en scène entièrement revisitée, plongez dans ce manifeste artistique signé d’Elizabeth Czerczuk aussi puissant que renversant, à partir du 27 septembre.

À ne pas manquer !

 

  

 


 

Hors-les-murs

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk vient à la rencontre des spectateurs et s'invite au programme de plusieurs festivals parisiens !

Retrouvez nous du 22 au 24 septembre au Festival CULTURE AU QUAI ; les artistes présenteront un extrait du spectacle Dementia Preacox 2.0 tandis que le stand du Théâtre vous accueillera tout au long de la journée pour vous faire découvrir la nouvelle programmation.

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk sera également partenaire du Festival 12x12 en décembre 2018 en tant que lieu d’accueil, mais également en proposant au public les représentations de la trilogie Les Inasouvis ! L’occasion de découvrir le T.E.C sous un nouveau jour.

 

 

Le T.E.C en voyage !

Du 7 au 10 septembre l’équipe artistique du spectacle Matka sera en Pologne ! Un voyage initiatique sur les traces des maîtres et mentors slaves qui animent les créations de la metteure en scène Elizabeth Czerczuk. Notamment Tadeusz Kantor, avec plusieurs visites et rencontres autour de sa vie et de son oeuvre.

N’hésitez pas à suivre cette aventure sur nos réseaux !

Ecole d’arts dramatiques L.E.T

En octobre, l’école d’art dramatique du Théâtre Elizabeth Czerczuk le Laboratoire d’Expression Théâtrale (L.E.T) fera sa rentrée. Cette formation professionnalisante destinée aux comédiens expérimentés ou passionnés se porte sur l’étude du corps, du rythme et de la voix dans la pratique théâtrale.

Pour candidater ou en savoir plus, rendez-vous sur la page du L.E.T !

 
Inscrivez-vous à notre Newsletter !
Recevez chaque mois l'actualité et la programmation du T.E.C .

*En cliquant sur ce lien, vous choisissez explicitement de recevoir la newsletter du Théâtre Elizabeth Czerczuk. Vous pourrez vous désabonner à tout moment.
Suivez-nous !

 

RESERVEZ EN LIGNE ICI

Théâtre Elizabeth Czerczuk
20 rue Marsoulan
75012 Paris
01 84 83 08 80/ 06 12 16 48 39
contact@theatreelizabethczerczuk.fr